Tissam Est La Hellocoton
Follow
  • ♥ MY CURRENT FAVORITES ♥





    ENGLISH
    Maybe someone's gonna read this post, maybe not and to be honest it's quite the same thing to me. I wouldn't say that I don't give a fuck but I could. I wasn't gonna publish my One Month Update at the MUFE Academy before Saturday, it wasn't even written before yesterday in the evening but I'm so fucking mad that I can't sleep so I might as well write it. I'm a bit late when it comes to this update since I had my first day at the Academy in the 6-month course on September 6 and we're October 12. Well, I'm not that in a hurry and frankly, between the learning, focus and work required at the Aca to be able to achieve be it only one fourth of what the teacher does and the work I have to do to try and survive and not starve to death while I'm full-time in a €10 000 school, well, I don't have all the time in the world to write here. As I was saying, maybe someone's gonna read this post or not - I don't really care. I just really need to write my feelings down somewhere.

    A bit more than a month has passed since the first day of school. Wasn't an easy month. A full month of beauty basics, after which I theoretically have to know how to build a classic makeup look with the face, the lips, the eyebrows and several eye looks (several kinds of eyeliner, a three-color look (light/medium/dark colors all next to each other), the smoky, the soft smoky and the halo among other things). And then, mature skins, Western-style wedding makeup and Middle East wedding makeup. Yeah. Theoretically.

    IRL, it's different. Am I gonna act like a victim ? Yeah. And if I wanna act like a victim, I'm fucking gonna do it. A rather difficult day it was, yesterday. Several difficulties intertwined. First, the fucking Parisian suburban trains that are always late. Then the subway doors that don't recognize my Navigo pass. And the makeup... With all that pressure, it's not fun anymore. I know that the makeup world is small and that only the best will have work. No one's gonna hire the lazy-ass or the crappy makeup artist. Problem is, I'm crappy. Can't achieve anything. That feeling of being a big brown shit, the heavy eye of the teacher when I've still not understood something after one month. Because it's only been a month. That jealousy and you see those who are already experienced and achieve work better. Even those who have no experience. That need to throw anything and everything at hand when I see I can't fucking do it, even when I have to work at weekends - the official reason being that it's great to be able to practice at weekends when I actually hate having to talk people into buying any damn thing they don't even want, when the unofficial reason is that I just need to basically eat during that fucking month I'm only gonna feel like a big shit.
    This anger when the trainings are great for the others, like prestigious TV shows, those who can achieve that work that is required (of course) and that I feel left out because I know I'm fucking slow and that I'm lacking precision, technique, and basically everything. When I see the girls in my class post pics of the makeup looks they've done on their Instagram accounts and I always have some shit occuring on my own, fuck I'd like to put crayon all over the face of my model, that's how angry I feel. What should I do to succeed ? Should I stop working at Kiko, eat sauce-less pasta for another 5 months and only then will I succeed because I finally have time to practice ? Or should I practice wrong things at Kiko because all they want is sales and speed and no precision ? I fucking hate this situation !

    I was elected delegate of my class, half of the class' votes for me. I have meetings once a months to talk about possible problems and suggestions from the students. Like people are starting to be less and less attentive. Like people are starting to bicker and talk behind others' backs which is creating conflicts that fucking cost €8.000. Or people starting to fucking sleep during class. Almost 50 people I have to talk to to know how they're doing, if they have things they want me to say during the next meeting. Groups are shaping up, that's a girls' school, after all. Tensions. And all I wanna do is cry my fucking eyes out 'cause I can't understand why I can't understand faster and why I, who is working and practicing at weekends and sometimes has no off day during the week, why I just can't succeed. Why. Only the best will succeed. What do people do with crappy people ? Nothing. They're left out.
    People have been talking and bonding, potential future contacts and work. And I can't stop now because I love makeup and I have a fucking loan I have to reimburse for almost 11 years. But fuck, you don't know how much I want to right now.

    FRANÇAIS
    Que quelqu'un lise ou ne lise pas cet article, c'est un peu la même chose. De là à dire que je m'en fiche, il y a un tout petit pas. Je n'allais pas publier l'update un mois de ma formation à la MUFE Academy avant samedi, je ne l'avais même pas encore écrite avant hier soir mais l'énervement fait que je n'arrive pas à dormir alors autant écrire. Je suis un peu en retard par rapport à cette update puisque je suis rentrée en formation 6 mois le 6 Septembre et que nous sommes le 12 Octobre. Bref, nous ne sommes pas aux pièces et franchement, entre l'apprentissage à l'Aca, la concentration et le travail requis pour arriver ne serait-ce qu'à reproduire un quart de ce que le prof fait et le travail pour arriver à survivre à côté et je parle d'essayer de ne pas mourir de faim pendant que je suis à temps plein dans une école à quasi dix mille boules, eh beh je n'ai pas tout le temps que je voudrais pour écrire ici. Comme je le disais, que quelqu'un ne lise ou pas cet article, c'est la même. C'est plutôt un défouloir, cette update.

    Un mois, un peu plus s'est écoulé depuis la rentrée. Et c'était pas un mois facile. Un mois pendant lequel on bouffe de la base beauté à ne plus savoir qu'en faire, un mois après lequel on connaît théoriquement la construction d'un maquillage classique qui comprend le teint, les lèvres, les sourcils et plusieurs looks pour les yeux (plusieurs sortes d'eyeliner, l'éventail (juxtaposition couleurs claire/moyenne/foncée), le smoky, le soft smoky, le halo entre autres). A côté de ça, et théoriquement toujours, le maquillage d'une peau mature, le maquillage de mariée occidentale et le maquillage de mariée oriental/libanais. Ouais. Théoriquement.

    Dans la vraie vie, c'est différent. Vais-je jouer les victimes ? Ouais. Et si j'ai envie de jouer les victimes, je le ferai. Une journée particulièrement difficile, hier. Une journée où plusieurs difficultés se sont mêlées, d'ailleurs. Déjà les connards de trains de banlieue parisienne jamais à l'heure. Puis les portes électriques qui ne reconnaissent pas mon pass Navigo. Et puis le makeup... Le makeup qui, à m'en foutre la pression jusqu'aux oreilles, n'est plus fun. Parce que je me dis bien que le monde des makeup artists est petit, que les meilleurs auront les tafs. Beh ouais, on ne prend pas les nullités pour se faire maquiller, ça coule de source. Sauf que... Je me vois bien nullité. L'incapacité d'y arriver. Le sentiment d'être une merde finie, le regard lourd du prof quand quelque chose n'est toujours pas compris après un mois. Parce que ça ne fait qu'un mois. La jalousie quand tu vois que celles qui ont déjà de l'expérience y arrivent mieux. Même certaines qui n'en ont pas. L'envie de tout balancer quand tu vois que tu n'y arrives pas, même quand tu es obligée de travailler le weekend - le prétexte étant que c'est super de pouvoir pratiquer, quand en fait je déteste devoir forcer des gens à acheter du n'importe quoi dont ils n'ont même pas envie, alors qu'en fait il faut juste pouvoir manger durant le fucking mois pendant lequel je me sentirai comme un gros tas de merde.
    Cette colère quand les stages prestigieux, du TF1, du La France a un Incroyable Talent vont à celles qui y arrivent mieux (of course) et que je me sens laissée pour compte parce que je sais que je suis d'une lenteur incomparable et que la précision, et que la technique, et que tout en fait, me manque. Quand je vois les filles poster sur leurs comptes Insta les photos des oeuvres qu'elles font tous les jours et que j'ai toujours une merde, toujours un truc qui ne va pas sur mes makeups, putain, j'ai envie de foutre du crayon partout sur le visage de ma modèle, de rage. Mais comment dois-je faire pour y arriver ? J'arrête de travailler à Kiko, je mange des pâtes sans sauce pendant encore 5 mois et j'y arrive parce que j'ai le temps de pratiquer ? Ou je pratique n'importe comment à Kiko parce qu'ils veulent des ventes et de la vitesse et pas forcément de la précision ? Putain, ça me saoule !

    J'ai été élue déléguée de la promo, la moitié des votes de la classe pour moi. J'ai des réunions une fois par mois pour parler des éventuels problèmes et suggestions des élèves. Comme les gens qui commencent à vraiment se dissiper. Ou à parler les uns sur les autres, ce qui crée des tensions à 8.000 putains de balles. Ou les gens qui s'endorment carrément en cours. Presque 50 personnes à qui il faut parler pour savoir comment ça va, s'ils ont des choses à dire pour la prochaine réunion. Des petits clans se forment, école de filles oblige. Des tensions. Et moi, j'ai juste envie de chialer parce que je ne comprends pas pourquoi je ne comprends pas plus vite et pourquoi moi qui pratique le weekend à ne pas avoir de jour de repos du tout dans la semaine, pourquoi je n'y arrive pas. Pourquoi. Il n'y a que les meilleurs qui y arriveront. Qu'est-ce qu'on fait avec les nuls ? Beh rien. Les nuls, on les laisse dans un coin.
    Des affinités se sont créées, des contacts et du travail potentiel à l'avenir. Et je ne peux pas baisser les bras, parce que j'aime le maquillage et que j'ai un putain de crédit collé au cul pour encore presque 11 ans. Mais putain, qu'est-ce que j'ai envie de le faire.

    0 comments: